L’entreprise marocaine qu’il vous faut pour l’achat d’un riad à Marrakech, c’est gestimar-immobilier !!

imo2-ok.jpeg
Oui, si vous voulez effectuez l’achat d’un riad à Marrakech, adressez-vous à cette entreprise qui saura vous guider et vous éviter les écueils que rencontrent les acheteurs isolés et inexpérimentés.
Avec le choix varié de propositions de son tableau d’affichage, gestimar-immobilier.com vous fournira aussi bien en ce qui concerne la location que la vente ou l’achat de riads, des possibilités qui sauront vous contenter.

Le marché de l’immobilier à Marrakech.

Au Maroc, le marché de l’immobilier est en croissance avec un essor certain de près de 150% sur les trois dernières années, pour certaines régions. L’activité étant très prometteuse, nombre de gens se lancent à la conquête du marché de l’immobilier puisqu’aucun diplôme n’est requis préalablement, ce que désapprouve le responsable de l’agence Century 21, Hassan Firdaouss. La clientèle la plus visé est celle des investisseurs étrangers, avec notamment les français, car les retraités percevant une pension confortable s’installent en grand nombre dans le royaume.

Mais la ville rouge, tant estimée par les touristes, pour sa part, souffre de quelque peu la hausse des prix de certains matériaux de construction comme le fer ou le ciment causée principalement par l’arrivée de clients nantis entreprenant de fastueuses entreprises à travers le pays, la flambée des coûts de certains matériaux de construction ou par le boursicotage foncier. Cela se ressent inexorablement sur les pris proposés qui sont parfois hors de porté de certaines bourses quand bien même le standing des constructions en justifierait la cherté. Cela entraîne que pour certaines personnes de la classe moyenne, pourtant bien nantie, l’achat d’une maison relève plus du parcours du combattant que de la partie de plaisir.

Cependant, même si certains promoteurs affichent une marge bénéficiaire allant de 20 à 100% pour des projets d’envergure faits avec des matériaux de qualité, il est courant que des retards surviennent ou que les travaux soient simplement interrompus. Cela a été confirmé par Alain Crenn, PDG du groupe Samanha country club. Selon lui, il faut que les travaux effectués méritent le montant qui sera versé par le client. Pour cela, il est impératif que le propriétaire inspecte attentivement les compétences et le sérieux des agents immobiliers et constructeurs pour éviter de se faire gruger par des personnes malhonnêtes.

Aux difficultés déjà citées, s’ajoute celui du secteur informel, véritable secret de polichinelle.
Dans ce monde non officiel, les prix sont abordables mais les arrhes versés en pots de vin sont conséquent car représentant le tiers du prix. La manœuvre pourrait sembler hasardeuse, mais les banques ont mis en place le crédit à la consommation qui vise à solutionner le problème que pose une pratique des promoteurs : ils achètent aux propriétaires foncier, avec une grande partie du montant en espèce, et la récupère sur le bien qu’ils revendront plus tard, de sorte qu’ils paient des taxes moins lourdes. Dans l’absolu, c’est dans la poche du consommateur final que cet argent est repris par le biais des banques avec des intérêts pouvant aller jusqu’à 125% avec le crédit à la consommation.
Mais, si le marché immobilier du Maroc connaît un véritable boom, certain craigne qu’il ne succombe à une chute semblable à celle connu par son voisin l’Espagne.